Le séisme de Charlevoix survenu en 1663

La description qui suit est une traduction intégrale de:

Smith, W E T, 1962. Earthquakes of eastern Canada and Adjacent areas 1534-1927, Publications of the Dominion Observatory vol. 26, no. 5.

5 février 1663 à 17:30 Heure Locale

  • Intensité maximale : X.
  • Long.: 47.6 N, Lat.: 70.1 W.

Dans le fleuve Saint-Laurent entre l'embouchure de la Rivière Malbaie * au nord et l'embouchure de la Rivière Ouelle au sud. Fut ressenti sur tout l'est de l'Amérique du Nord - 750,000 milles carrés. Accompagné de vastes glissements de terrain le long du Saint-Maurice, de la Batiscan et du fleuve Saint-Laurent. Sulte (S4), a montré d'après des comptes-rendus contemporains qu'un de ces derniers glissements a pratiquement nivelé une chute près de Les Grès sur le Saint-Maurice. D'autres dommages ont été confinés aux cheminées et aux structures semblables. Aucune perte de vie n'a été enregistrée. "Sur les rivages de la Baie Massachusette des maisons ont été secouées de sorte que la vaisselle a cogné sur les étagères et la partie supérieure de plusieurs cheminées en pierre fut brisée." (B4)

Les effets en Nouvelle Angleterre étaient très semblables à ceux du tremblement de terre du 11 juin 1638. Les comptes-rendus de destruction dans la vallée du St-Maurice semblaient indiquer une intensité beaucoup plus grande pour le choc de 1663. Cependant Hodgson (H8) a conclu que l'intensité sismique " n'était pas tellement plus grande " que celle d'environ cinq autres chocs se produisant dans la même région dans des périodes plus récentes. Ceci est confirmé par la similitude de leurs effets le long de la côte de la Nouvelle Angleterre. Il a de plus proposé que la dévastation dans la vallée du Saint-Maurice "n'indique pas, fort probablement, un foyer séparé là, mais était dû à un glissement de terrain de grande envergure."

Cette opinion était basée sur une analyse de toutes les données disponibles et d'études de terrain (H6) de nouveaux glissements de terrain dans les argiles marines de la même région. Il est bien établi que de grandes superficies de terres boisées se sont déplacées des rivages dans les rivières, particulièrement près de l'épicentre suggéré dans le Saint-Laurent ainsi que le long du Saint-Maurice. La quantité de précipitations juste avant le tremblement de terre pourrait indiquer si ces mouvements étaient susceptibles d'être des glissements de terrain. Malheureusement aucun enregistrement des conditions atmosphériques n'a pu être trouvé. L'explication d'un glissement de terrain est concluante dans ce rapport parce que le grand relâchement d'énergie sismique nécessaire pour expliquer les effets le long des rivières est incompatible avec les dommages mineurs causés aux bâtiments dans la région.

Les noms "La Malbaie" and "Rivière Malbaie" sont ceux convenus par le conseil canadien des noms géographiques. "Murray Bay" est le nom d'une zone de débarquement à quelques milles de La Malbaie. Les termes "Murray Bay" and "Murray River" apparaissent sur beaucoup de cartes au lieu de "La Malbaie" and "Rivière Malbaie" respectivement. Sur quelques cartes un nom anglais et un nom français sont utilisés.

Bibliographie

  • A8 ANONYMOUS, 1925. Le dernier tremblement de terre: Soc. Géog. Qué. Bull., v. 19, 110-113.
  • B3 BRIGHAM, W. T., 1870. New England shaken: Old and New, v. 1, No. 1, 27-35.
  • B4 BRIGHAM, W. T., 1871. Historical notes on the earthquakes of New England 1638-1869: Reprinted from Boston Soc. Natural Hist. Mem., v. 2.
  • B5 BROOKS, J. E., S.J., 1960. A study in seismicity and structural geology. Part II-Earthquakes of northeastern United States and eastern Canada: Obs. Géophys. Collège Jean-de-Brébeuf, Bull.Géophys., No. 7, 12-40.
  • D2 DAWSON, Sir J. W., 1860. Notes on the earthquake of October 1860: Can. Natural Geol., old ser., v. 5, 363-372.
  • G1 GAGNON, A., 1891. Le tremblement de terre de 1663 dans la Nouvelle France: Roy. Soc. Can. Proc., v. 9, sect. 1, 41-52.
  • H1 HECK, N. H., and EPPLEY, R. A., 1958. Earthquake history of the United States. Part I-Continental United States and Alaska(exclusive of California and Western Nevada): U.S. Coast Geod. Surv. Pub., No. 41-1, rev. (1956) ed.
  • H8 HODGSON, E. A., 1928. The probable epicentre of the Saint-Lawrence earthquake of February 5, 1663: Roy. Astron. Soc. Can. J., v. 22, 325-334.
  • H9 HODGSON, E. A., 1937. Earthquakes in eastern Canada and adjacent areas: Roy. Can. Inst. Proc., ser. 3A, v. 2, 30-35.
  • H10 HODGSON, E. A.,, 1945. Industrial earthquake hazards in eastern Canada: Seismol. Soc. Am. Bull., v. 35, No. 4, 151-174. This paper contains a brief account of a number of the larger shocks in eastern Canada.
  • H11 HODGSON, E. A., 1950. The Saint Lawrence earthquake, March 1,1925: Dom. Obs. Pub., Ottawa, v. 7, No. 10, 361-436. This is the final account of the earthquake of February 28. It occurred on March 1 by Universal time and February 28 by Eastern Standard time. An appendix discusses the previous seismic record of the Saint-Lawrence Valley.
  • K1 KAIN, S. W., 1898. List of recorded earthquakes in New Brunswick: Natural Hist. Soc. N.B. Bull., No. 16, art. 2, 16-22.
  • L1 LAFLAMME, Msgr. J.-C. K., 1907. Les tremblements de terre de la région de Québec- Soc. Roy. Can. Mém. sec. 4, 157-183.
  • M3 MATHER, K. F., and GODFREY, H., assisted by HAMPSON, Katherine,1927. The record of earthquakes felt by man in New England: Copy of the manuscript of a paper presented to the Eastern Section of the Seismological Society of America in May, 1927.
  • M7 MILNE, J., 1913. A catalogue of destructive earthquakes A.D. 7 to A.D. 1899: Brit. Assoc. Advance. Sci. Rep., Portsmouth meeting, 1911.
  • O1 ODENBACH, F. L., S. J., 1906-1907. Twelfth annual report of the Meteorological Observatory at Saint-Ignatius College, Cleveland,7-15.
  • P1.1 PARKER, F. H., Dec. 17 1915. Contributions to the History of East Haddam-Moodus noises: Connecticut Valley Advertiser, Moodus, Conn.
  • S4 SULTE,, B., 1911. Un Niagara disparu: Soc. Géog. Qué. Bull., v. 5, No. 3, 205-211.
  • T1.4 THWAITES, R. G. The Jesuit Relations and allied documents- travels and explorations of the Jesuit missionaries in New France 1610-1791: v. 12-71. Burrows Brothers Co. Cleveland, Ohio.This work, in 73 volumes, is a translation from the Latin originals into both English and French. Only 750 sets were printed.v. 47, 255, 297-299, 319; v. 48, 27, 37-65, 71-73, 157-161,183, 187-223; v. 49, 53, 89; v. 52, 223; v. 59, 29; v. 71, 304.
  • TONDORF, F A., S. J., 1914. The earthquake in New France, 1663: Georgetown College J., March issue.