Vue d'ensemble du réseau national sismologique canadien

La Commission Géologique du Canada (CGC) opère un réseau national de plus 100 instruments à gain élevé , appelés des sismographes, et plus de 60 instruments à gain réduit pour les mouvements forts appelés des accélérographes, qui ensemble forment le réseau national sismologique canadien (RNSC). Les instruments à gain élevé sont utilisés pour enregistrer le faible mouvement du sol dû à de petits séismes et à des sites éloignés. Les accélérographes à gain réduit sont utilisés pour enregistrer les gros mouvements des plus grands tremblements de terre aux sites voisins plus propice à causer des dommages.

Le flux de données continu du réseau national sismologique canadien est saisi et analysé en temps réel proche. Cette analyse inclut la détection automatique des signaux possibles de séisme par chaque station. Toute cette information est combinée pour fournir un emplacement et une magnitude d'un tremblement de terre. Tandis que les résultats automatiques ne sont pas toujours précis, et devraient être passés en revue par un analyste expérimenté, ils réduisent de manière significative le temps de réponse à un séisme senti et/ou créant des dommages. Des agences de planification de secours et de soulagement de désastre sont informées plus rapidement, et des informations sont fournies plus tôt au grand public. Les données digitales du nouveau réseau de haute qualité sont employées pour la recherche sur les propriétés des séismes. Ces résultats sont combinés avec l'information sur le distribution, la magnitude et la fréquence des événements pour améliorer les dispositions de résistance aux séismes du code national du bâtiment.

Pour des informations sur le type de donnes produites par les stations du RNSC aussi que les informations associée telle que l'instrumentation, canaux enregistrés, taux d'échantillonnage, sensibilités, et dates d'opération, voyez le Cahier de stations du RNSC.