Blogue sur la mise à niveau du réseau de surveillance sismique du Canada

3 avril 2018 - Haida Gwaii – Expérience étudiante sur le terrain

Mais d’abord… le saviez-vous?

La région de Haida Gwaii est l’une des zones sismiques les plus actives au Canada. Le second plus important séisme enregistré par des instruments au Canada s’est produit sur la côte ouest de Haida Gwaii, en Colombie-Britannique (voir la carte ci-après). Le 27 octobre 2012, ce séisme d’une magnitude de 7,8 s’est fait ressentir 1 600 km plus loin, de Whitehorse (Yukon) au nord-ouest du Montana (États-Unis).

Jusqu’à présent, le plus important séisme enregistré par des instruments en Colombie-Britannique s’est produit en août 1949. Ce séisme, d’une magnitude de 8,1, s’est produit un peu plus au nord-est de l’épisode de 2012.

Parlons science

Vous trouverez ci-après deux articles et l’un des nombreux bulletins sur le séisme de Haida Gwaii de 2012 (en anglais seulement) :

  • An Overview of the 28 October 2012 Mw 7.7 Earthquake in Haida Gwaii, Canada: A Tsunamigenic Thrust Event Along a Predominantly Strike-Slip Margin; John F. Cassidy, Garry C. Rogers, and Roy D. Hyndman in Pure and Applied Geophysics.
  • Impacts of the October 2012 Magnitude 7.8 Earthquake near Haida Gwaii, Canada; Alison L. Bird, Maurice Lamontagne in Bulletin of the Seismological Society of America (2015) 105 (2B): 1178-1192. DOI: https://doi.org/10.1785/0120140167 Published: March 03, 2015
  • Summary of the Bulletin of the International Seismological Centre, January to June 2012, Volume 49 Issue 1-6; International Seismological Centre; ftp://isc-mirror.iris.washington.edu/pub/pdf/bulletin/summary/BulletinSummary20121.pd

Haida Gwaii – Expérience étudiante

Des étudiants sont embauchés pour aider le personnel de Ressources naturelles Canada (RNCan) à la construction et à l’installation d’équipement en vue de la mise à niveau du réseau. Leur aide contribue à la réalisation de la tâche pluriannuelle consistant à mettre à niveau toutes les stations du réseau sismique du Canada.

Joe Farrugia

Un de ces étudiants, Joe Farrugia, a travaillé dans plusieurs stations de Haida Gwaii au cours de l’été dernier. On le voit ici au sommet du mont Moresby. Bonjour! Je m’appelle Joseph Farrugia. Pendant l’été, j’ai travaillé pour le Service canadien d’information sur les dangers, qui fait partie de RNCan. J’ai eu la chance de participer à la mise à niveau et à l’installation de stations de surveillance sismique dans la magnifique région de Haida Gwaii, en Colombie-Britannique.

Mon histoire : Très tôt le matin, j’ai hélé un taxi pour me rendre à l’aéroport international d’Ottawa et m’envoler vers Sidney, en Colombie-Britannique. Là-bas, j’y ai rencontré mes collègues du Centre géoscientifique du Pacifique et ai déposé mes bagages dans un camion rouge, déjà plein à craquer. Après quelques préparatifs de dernière minute, je me suis rendu à ma chambre pour la nuit. Le jour suivant, nous avons conduit jusqu’à Port Hardy, une ville pittoresque située à l’extrémité nord de l’île de Vancouver. Tôt le lendemain matin, nous sommes montés à bord du Northern Expedition et nous nous sommes dirigés vers Prince Rupert. Le long trajet en traversier a été ponctué par les magnifiques paysages du Passage de l’Intérieur.

Voici quelques photos :

Après avoir passé la nuit à Prince Rupert et encore sept heures sur le traversier, nous sommes arrivés à Haida Gwaii – ma destination et notre quartier général pour les prochaines semaines.

D’intenses préparatifs avaient déjà été faits avant notre arrivée, notamment la fabrication des pièces des stations, la mise à l’essai des composantes, la mise en place de l’équipement et l’emballage en vue de son envoi. Une fois dans le village de Queen Charlotte, nous avons eu bien d’autres choses à faire avant de pouvoir commencer le travail sur le terrain.

Les matériaux de construction et les autres pièces des stations ont été regroupés et placés en fonction de leur destination. Nous les avons ensuite placés dans des filets, puis dans un camion spécialisé. Ces filets sont conçus de sorte que l’équipement puisse être héliporté du point de débarquement sur terre jusqu’au sommet des montagnes où se trouvent les stations sismiques et GPS.

Et maintenant, le travail sur le terrain commence.

Pendant ce voyage, nous avons installé et mis à niveau l’infrastructure et les composantes électroniques de quatre sites : Naden, Jedway, Barry Inlet et Masset Inlet.

Nous comptions énormément sur le transport par hélicoptère pour nous déplacer entre les sommets ainsi que pour transporter du matériel. Nous devions également coordonner et organiser le transport de l’équipement par navire jusqu’aux rivages près des sites. Ce faisant, nous minimisions la distance à parcourir par hélicoptère. Par mauvais temps ou lorsque les conditions n’étaient pas favorables au déplacement par hélicoptère ou par bateau, nous ne pouvions pas vraiment faire quoi que ce soit.

Nous avons pratiquement travaillé sans arrêt à partir du moment où le matériel est arrivé d’Ottawa. Nous avons connu dix jours de conditions météorologiques sans précédent et avons profité du soleil et du ciel bleu autant que nous avons pu.

Poursuivez votre lecture pour voir des photos et trouver des renseignements sur chaque site. Jetez d’abord un œil sur la carte des stations de Haida Gwaii où j’ai travaillé. Voir l’encart :

Naden

Naden était de loin le site auquel il était le plus difficile d’accéder. En raison des conditions météorologiques, il a été pratiquement impossible de s’y rendre pendant trois semaines. Pendant mon séjour à Haida Gwaii, nous avons pu accéder au site de Naden une seule fois et sommes parvenus à installer la majorité des composantes électroniques et des câbles ainsi que de creuser un trou pour un sismomètre de puits. Naden est unique en son genre puisqu’il n’y a pas de substratum rocheux à cet endroit (pour autant que je sache, la montagne n’est qu’un gros amoncellement de sable), ce qui nous a obligés à installer un puits.

Jedway

Jedway est situé dans le parc national Gwaii Haanas et a été une plaque tournante pendant l’essor minier dans le sud de Moresby. Des traces de l’exploitation active des dépôts de fer et de magnétite sont encore visibles et nous pouvions les apercevoir chaque fois que nous nous rendions sur le site. Nous avons dû évaluer nos options pour l’installation de l’équipement et tenir compte de l’ancienne infrastructure de Jedway. Le site a été préparé en dégageant le substratum rocheux et en construisant des formes en bois pour couler une base de béton. Nous avons installé un nouveau sismomètre à large bande et un accéléromètre ainsi que de nouvelles piles et composantes électroniques pour les communications.

Barry Inlet

Barry Inlet était de loin le site le plus complexe à installer. Le terrain rocheux et accidenté a compliqué le déplacement sur le sommet des pièces d’équipement plus lourdes. Ce site a représenté le plus grand défi, mais a été le plus gratifiant. Nous n’aurions pu espérer de meilleures conditions météorologiques.

Masset Inlet

Nous avons procédé à une installation complète à Masset Inlet : nouveau sismomètre à large bande, accéléromètre et voûtes, blocs d’alimentation et boîtier de numériseur avec panneaux solaires.

Merci à tous mes collègues de RNCan qui ont fait de l’été dernier une expérience agréable. Je suis très reconnaissant d’avoir eu la chance extraordinaire de découvrir Haida Gwaii.

Revenez bientôt pour en apprendre davantage sur le sujet!

D'autres références :

Suivez Canada Séisme @CANADAseisme

Question: nrcan.earthquakeinfo-infoseisme.rncan@canada.ca

30 octobre 2017 - Partie 2 – améliorations aux stations du Nord de l’Ontario

Bonjour à nouveau! Cet article est la suite du blogue 10 (le 4 octobre 2017) et and du blogue 11 (le 17 octobre 2017) - faites défiler vers le bas pour lire. Les photos montrent l’installation de six stations sismiques dans le Nord de l’Ontario.

  • Parc national Pukaskwa
  • Atikokan
  • Lacs expérimentaux
  • Sioux Lookout
  • lac Pickle
  • Thunder Bay
Carte du réseau de l'Ontario

Parc national Pukaskwa (Ontario)

La voûte se trouve dans une zone boisée épaisse.

L’équipe : les filets antimoustiques étaient nécessaires!

Atikokan (Ontario)

La vieille station Polaris était située sur la cime d’une jolie formation rocheuse, haute de 12 m. Nous étions heureux de n’avoir que 30 sacs de ciment et 16 batteries au plomb à monter au sommet!

Modernisation de l’électronique (photo 1)

Modernisation de l’électronique (photo 2)

L’équipe a construit un passage permanent pour rendre un peu plus sécuritaire l’ascension du rocher (particulièrement en cas de pluie).

Région des Lacs expérimentaux (Ontario)

Une autre modernisation d’une station Polaris : nous voici en train de brancher les nouveaux panneaux solaires. Les filets antimoustiques étaient nécessaires.

La station érigée sur un granite à grains très grossiers, après les travaux.

Sioux Lookout (Ontario)

Sismomètre dans la voûte (photo 1)

Sismomètre dans la voûte (photo 2)

Lac Pickle (Ontario)

C’est au lac Pickle que nous avons vu les plus belles formations géologiques de la campagne. La station est placée sur les assemblages métamorphisés de la ceinture de roches vertes du Nord au lac Pickle, au voisinage de la fosse inondée d’une mine de cuivre à ciel ouvert. Quel régal pour nos yeux fatigués!

On dirait une peinture du Groupe des sept.

L’équipe au lac Pickle.

Thunder Bay (Ontario)

Le dernier site de la deuxième campagne : nous avons passé des câbles électrique et Ethernet depuis ce cabanon près de la route jusqu’à l’habitacle situé à 60 mètres dans les bois.

Revenez bientôt pour plus d’histoires sur les améliorations au Réseau sismographique canadien!

17 octobre 2017 - Partie 1 – améliorations aux stations du Nord de l’Ontario

Bonjour! Je suis Krista Kaski, une étudiante travaillant cet été au Service canadien d’information sur les risques de Ressources naturelles Canada. Cet été, j’ai vécu une expérience formidable d’installation et d’amélioration de onze stations sismiques dans le Nord de l’Ontario. La Sud-Ontarienne que je suis a été enchantée de voir ce que cette immense et belle province peut offrir à la vue, notamment des arbres, des lacs et des orignaux!

Carte du réseau de l'Ontario

Avant le départ de l’équipe pour le terrain, nous avons passé plusieurs semaines à emballer chaque pièce de matériel : écrous, boulons, quincaillerie, panneaux solaires, batteries, habitacles et béton et tout le reste. Nous avons aussi utilisé ce temps pour configurer et préparer les composants électroniques pour qu’ils soient prêts à fonctionner lorsque nous serions sur place.

Le travail sur place consistait à faire les nouvelles installations ainsi qu’à moderniser les sites existants alimentés par courant alternatif ou continu. À chaque site, nous avons dû construire des coffrages que nous avons remplis de béton, puis installé les nouveaux habitacles, sismomètres et accéléromètres. Selon le type de site, nous installions de nouveaux panneaux solaires et de batteries et mettions à jour l’électronique, ou une "station-sur-bâton" qui était reliée à l’alimentation en courant continu.

Notre équipe était composée d’un autre étudiant, Josh Beach, ainsi que de deux employés de RNCan, Calvin Andrews et Andy Tran. Nous avons fait deux campagnes sur le terrain : la première dans le Nord-Est de l’Ontario et la deuxième, dans le Nord-Ouest de l’Ontario.

J’ai inséré plus bas un grand nombre d’images et quelques mots sur chaque station visitée lors de notre première campagne sur le terrain.

Northern Ontario Field Trip 1:

  1. Kipawa
  2. Sudbury
  3. Kapuskasing
  4. Geraldton
  5. Kirkland Lake

Kipawa (Québec)

Lake view from the nearby town of Témiscaming

Vue du lac depuis la ville proche de Témiscaming

Après notre arrivée, nous avons commencé à creuser à travers la mousse et les arbres pour dégager le substratum de métagrès que nous avons nettoyé à la pression. Ce travail nous a permis de nous assurer que les sismographes recevraient le meilleur signal possible du sol.


Avant : les coffrages construits sont prêts à être remplis!

Après : le béton a séché, les capteurs de mouvements faibles et intenses et leur habitacle sont installés, le régulateur de tension alternative et le numériseur sont installés sur le poteau.

Sudbury (Ontario)

À Sudbury, nous avons installé un nouveau site d’alimentation en courant continu et un capteur de mouvements faibles et son habitacle. Il a été compliqué de conduire les camions à travers les champs détrempés et boueux.


Avant la fin de l’installation, Calvin Andrews a dû faire une bonne coupe claire pour garantir que les panneaux solaires seraient suffisamment éclairés dans l’avenir prévisible.

L’équipe!

Kapuskasing (Ontario)

De tout l’été, c’est à Kapuskasing que nous avons vu le plus grand nombre de mouches noires! Heureusement, un jour et demi a suffi pour installer les capteurs de mouvements faibles et intenses et procéder aux améliorations dans le cabanon âgé de plus de vingt ans!

Mine d’or de Kirkland Lake

À la mine d’or de Kirkland Lake (et, plus tard, à d’autres sites), nous avons modernisé une vieille station utilisée à l’origine pour le projet sismique Polaris qui a été démantelé depuis. Nous avons installé un nouvel habitacle et un capteur, remplacé les vieux panneaux solaires et batteries et modernisé l’électronique, et ce, dans une seule journée!

Revenez bientôt pour voir les photos de la deuxième partie de la campagne sur le terrain dans le Nord de l’Ontario :

  1. Parc national Pukaskwa
  2. Atikokan
  3. Lacs expérimentaux
  4. Sioux Lookout
  5. lac Pickle
  6. Thunder Bay